Chronique àMer, le podcast d’Alarmphone #14- Evros

Contre les frontières - 15 juillet 2022
Chronique àMer, le podcast d’Alarmphone #14- Evros

Chronique àMer, le podcast d’Alarmphone #14- Evros

Ici le dernier épisode :

Evros, la brèche des mesures provisoires

C’est une émission préparée sur le feu. Le feu du début de l’été et le feu aussi d’avoir été en contact avec des personnes bloquées sur cette frontière, Evros, pendant près d’une semaine au début du mois de juin.

Aujourd’hui on sort un peu des sentiers de la Méditerranée et on vous parle de Evros, une frontière entre terre et rivière.

La rivière Evros coule le long de la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie. Chaque semaine, des exilé·es tentent d’atteindre l’Europe par cette voix terrestre, plutôt que par la mer Égée. Au fil des enjeux politiques et géopolitiques de la région, elle est devenue une zone ultra militarisée – 1000 militaires et des dispositifs électroniques sophistiqués : drones, caméras, capteurs thermiques et canons sonores.

Autre morphologie de frontière, nouvelles stratégies. Chez Alarm Phone, on essaye de s’inspirer de la détermination des personnes et des stratégies utilisées par les acteurs en présence (comme certaines ONG). Dans cette émission, on va se pencher sur une solution légale : les “mesures provisoires”. Elle a été mobilisée devant la Cour européenne des droits de l’homme, pour certains cas AP en Evros. On va voir pourquoi elle est une brèche, et s’interroger sur les limites de cette stratégie légale.

 

Chroniques à MER, c’est une chronique radio mensuelle en français, qui sort la deuxième semaine de chaque mois.

Chroniques à MER c’est une chronique réalisée par des membres du réseau AlarmPhone, une hotline auto-gérée par des activistes 7/7- 24/24 depuis 2015, pour soutenir les appels des personnes qui sont en détresse sur la frontière méditerranéenne, exiger leurs sauvetages et leurs débarquements dans des ports sûrs.

Chroniques à MER, c’est une chronique d’actualité et d’analyse des frontières et de leurs conséquences, pour raconter ce qui se passe en mer Méditerranée depuis le point de vue de notre travail dans le réseau AlarmPhone.

Chroniques à MER, c’est une chronique courte. Elle est diffusable sur des radios associatives et libres. Elle est aussi disponible sur le site de Jet FM (Nantes) et de Radio Galère (Marseille).

Parce que des milliers de gens traversent la Méditerranée ;
Parce que la mer méditerranée est une frontière ;
Parce que les frontières perpétuent le racisme et colonialisme ;
Parce que le racisme et le colonialisme tuent.
Parce qu’en 2020 1760 pers sont mortes en traversant – 147 personnes par mois, 34 par semaines, près de 5 personnes par jour – et bien bien plus dont on ne sait rien ;
Parce que des histoires existent derrières les chiffres ;
Parce que ces histoires doivent être racontées ;
Parce qu’on ne veut pas oublier ;
Parce qu’on veut continuer à lutter ;
Parce qu’on ne veut pas s’habituer ;
Parce qu’on savait …

Pour nous contacter, vous pouvez écrire à : chroniques_a_mer@riseup.net

Pour en savoir plus sur l’AlarmPhone et les politiques de frontières maritimes européennes, vous pouvez consulter le site d’AlarmPhone et celui de Watch the Med.

 

Tous les épisodes sont disponibles en réécoute et téléchargement sur le site de jetFM :
http://jetfm.fr/site/-Chroniques-a-MER-.html

Vous pouvez aussi les trouver ici :

 

Épisode 13 :

Des langues et des frontières n°1

Dans cette émission, on parle de langues et de frontières. Parce que dans l’AlarmPhone et ailleurs, les langues nous permettent de communiquer, d’échanger, de s’organiser. Elles sont un outil indispensable de nos luttes transnationales alors que paradoxalement, elles participent du système de frontières.

Comment l’usage des langues participe au système des frontières ? Comment l’usage des langues reconduit des frontières à l’intérieur de notre réseau ? Et comment on lutte avec ces langues, dedans, à côté, ou contre, avec toutes et tous nos camarades, même sans langue commune, même quand les langues qu’on utilise sont des langues coloniales.

Des éléments de réponse depuis le point de vue AlarmPhone, des voix de camarades du Sud et du Nord de la Méditerranée, ou encore un récit de permanence téléphonique.

Et encore une fois, on vous propose d’explorer la thématique en deux parties. Bienvenu·es sur ’Des langues et des frontières’, partie 1.

Bonne écoute !

Et pour la musique de ce podcast… Liberté de Soolking feat. Ouled El Bahdja et l’instrumentale PNL x Soolking Type Beat

 

 

Épisode 12 :

Malte, en flagrant délit de non-assistance

Dans cette émission, on va vous parler d’un petit pays situé au sud de la Sicile : l’île de Malte. On va vous raconter comment cet état européen bafoue les droits humains en toute impunité. On va vous raconter les crimes de Malte.

Sa localisation centrale en Méditerranée fait de Malte une des portes de l’Europe, et donc une destination stratégique sur les routes migratoires. Depuis 2019, près de 6000 exilé.es sont arrivé.es sur l’île. Mais l’état maltais, soutenu par l’Union Européenne, met tout en œuvre pour les empêcher de rejoindre ses terres. Malte a choisi de ne pas leur porter secours.

Depuis AlarmPhone, on est trop souvent témoins des violences que commet le gouvernement maltais dans sa zone de recherche et secours maritime. On est trop souvent confronté à son inaction volontaire, ses refoulements violents, ou encore ses manigances illégales qui mettent gravement en danger la vie des gens.

On a eu envie de vous expliquer pourquoi cet état, ses Forces armées qui sont capables de regarder des gens mourir, sans bouger d’un pouce pour leur venir en aide, nous met dans une rage immense.

Et pour vous raconter tout ça, il nous a semblé important de laisser la parole à ceux et celles qui vivent cette violence d’état de près ou le loin, à ceux et celles qui militent pour que cet état comme tous les autres respectent les droits humains.

 

Épisode 11 :

“Tu vois là ? C’est l’Angleterre…”

Dans cette émission, on va sortir de la Méditerranée et parler d’une frontière à l’intérieur de la Forteresse Europe, la Manche. Une route migratoire qui existe depuis longtemps, une route qui est devenue maritime depuis peu, et une route qui n’a pas cessé d’être de plus en plus fréquentée depuis ces 3 dernières années.

La Manche est tout récemment devenue la quatrième règion de AlarmPhone.

En 2021 plus de 28 000 personnes ont réussi à rejoindre les rivages britanniques en prenant la mer.

Avec la présence militaire croissante sur le Calaisis et le Dunkerquois, soutenue et financé par le gouvernement britannique, avec la sécurisation du port de Calais, Avec l’augmentation des agents de sécurité dans de nombreux parkings, Avec les grillages et les barbelés, Avec la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne et les accords de Dublin, Avec le manque d’accueil des personnes exilées en Europe,

de plus en plus de voyageur.euses tentent leur chance depuis la Côte d’Opale, le Nord de la France ou même la Belgique.

Ceci est la cas des voyageur.ses parti.es de Berck le 05 November 2021, dont on vous parle dans cette chronique.

C’est le cas également de A, qui nous raconte pourquoi il a sauté dans un bateau gonflable pour arriver en Angleterre.

Mais la Manche n’est pas une zone frontalière récente. Des militant.es ’no borders’ s’organisent au sein du collectif Calais Migrant Solidarity depuis 2009 et travaillent sur le projet ’Watch the Channel’ depuis fin 2018. Depuis Calais, Elen nous raconte comment Watch the Channel intervient pour créer des liens avec des gens avant qu’ils partent. Les deux buts : faire la prévention avant le voyage en mer et documenter l’évolution de la réponse des autorités des deux côtés.

Pour soutenir Calais Migrant Solidarity : https://calaismigrantsolidarity.wordpress.com/donate/

Et pour la musique de l’émission :
- Escape from Calais, hip-hop session à Calais
- Fakdnk, Ahmed Amyn
-  The Calais Session , Khandahar
- la version instrumentale de Lettre à la République de Kerry James

 

Épisode 10 :

Des histoires qui nous font du bien n°2

Ce mois-ci, on vous propose un deuxième épisode consacré aux belles histoires du réseau AlarmPhone. Des histoires qui font sourire, ou mettent la larme à l’œil. Des histoires qui nous donnent la force de continuer à lutter.

Le projet Chroniques àMER est né il y a tout juste un an. Une maison dans la campagne autour de Toulouse. Une idée qu’on partage : et si on faisait de la radio pour raconter un petit bout de ce qui se passe aux frontières de l’Europe ? Avec nos mots, nos expériences, nos angles morts, nos doutes, et nos convictions.

Un an plus tard, on est encore là, on est plus, on est un peu plus grandes, on habite plus près ou plus loin, on aime encore beaucoup ce projet radio, on a envie de continuer à le faire grandir et évoluer.

On a envie de continuer à se raconter des histoires, des qui nous mettent en rage, des qui nous donnent de la force, des qui nous rappellent pourquoi on lutte et pourquoi on fait partie d’Alarmphone. Et ça tombe bien, parce qu’on a des camarades merveilleuses qui ont accepté de partager encore une fois leurs récits, des histoires de permanence et de résistance qui leur donnent la force et l’envie de continuer.

Et pour la musique de ce podcast c’est Mayra Andrade – Vapor di Imigrason.
Et bien sûr comme toujours l’instrumentale de La lettre à la République de Kerry James

 

Épisode 9 :

Des enfants qui arrivent n°2

Dans cet épisode, on continue à parler des enfants exilé·es. Parce qu’on n’en parle jamais. Parce qu’on ne les entend jamais. Parce que celles et ceux qu’on a questionné sur leur traversée nous ont répondu en disant “il y a surtout l’après, il y a tout ce qu’il se passe à l’arrivée.”

“Combien d’enfants à bord ?” C’est une question qu’on pose à chaque fois qu’on est en contact avec des bateaux en détresse. Pourtant, au sein de l’AlarmPhone, ce n’était pas un sujet.
Une deuxième émission, une même volonté : celle de rendre visible les enfants exilé·e·s comme des sujets politiques, soutenir leur parole, la rétablir.

Les enfant qu’on a rencontré·e·s pour la première émission, “Des enfants qui traversent”, nous ont poussés à écrire ce deuxième volet, nous ont poussées à parler de l’après. Pour celles et ceux d’Alarm Phone qui font des permanences téléphoniques, nous rencontrons les histoires de migration presque uniquement dans la traversée. Pourtant, souvent, on pense : qu’est-ce qu’il se passe après ?

On s’aventure à nouveau dans un exercice à l’équilibre instable, on est fragiles. Mais on ne pouvait pas faire l’économie de cette parole qui criait : regardez cette vie qu’on construit à l’arrivée. Regardez ce qu’il se passe, et ne pensez-pas que le plus dur, c’est la traversée.

Il faut donc parler de “l’accueil”, régi par ce même régime d’hypocrisie dont on vous parlait la dernière fois. “L’Europe terre d’accueil”. Enfermement, suspiscion de mensonge, violences de l’administration et de l’institution, voilà les réalités de l’accueil de l’Europe et plus particulièrement de la France. Alors, comme le dit Aboubacar “il n’y a pas d’autre choix que de lutter.”

Et pour la musique de ce podcast…Hermanos Gutierrez, Esperanza et une chanson de Guillaume Poncelet. Et bien sûr comme toujours l’instrumentale de Kery James.

 

Épisode 8 :

Des enfants qui traversent n°1

Dans cet épisode, on va parler et écouter des enfants qui traversent. Parce qu’on en parle jamais. Parce qu’on ne les entend jamais.

“Combien d’enfants à bord ?” C’est une question qu’on pose à chaque fois qu’on est en contact avec des bateaux en détresse. Pourtant, au sein de l’AlarmPhone, ce n’est pas un sujet.
Cette émission part d’une volonté forte : rendre visible les enfants exilé·es comme des sujets politiques, soutenir leur parole, la rétablir.

Au fait, de quel·les enfants parle-t-on ? Parmi les jeunes et très jeunes personnes qui traversent la Méditerranée, il y a des bébés de 6 mois et des adolescentes de 16 ans. Certains traversent accompagnées par leurs parents, certaines avec d’autres adultes, certains encore, seules.

Tous et toutes sont victimes du même régime d’hypocrisie, qu’on cherche à détricoter dans cette émission :

Hypocrisie n°1 : L’Europe est une terre d’accueil, et elle protège les enfants. Cette idée pousse beaucoup à prendre le départ, et pourtant – du XIXe siècle à aujourd’hui, il y a un continuum colonial dans la manière dont les états européens ont déplacé, maltraité et abandonné les enfants par milliers.

Hypocrisie n°2 : “Les femmes et les enfants d’abord !” comme le dit un vieil adage. Vraiment ? On verra qu’en matière de traversée et de sauvetage, les enfants ne reçoivent rien du soin qui leur est pourtant promis dans une convention largement ratifiée par les états du monde entier.

Parce qu’on ne parle jamais des enfants on a décidé de faire deux épisodes. On se propose une première partie sur leurs traversées. Et un second sur leurs arrivées en Europe.

On vous présente donc Des enfants qui traversent, partie 1.

- Et pour la musique de ce podcast… … une chanson grecque composée et chantée par Nena Venetsanou, Tzivaeri, et une autre de Sofiane Pamart, Solitude.

 

Épisode 7 :

Les navires marchands, des acteurs ambivalents dans le jeu politique des frontières

Dans ce 7ème épisode de chroniques aMER, on va s’approcher des navires marchands – ces bateaux, cargos, rouliers, super-tankers et autres porte-conteneurs qui sillonnent les mers au service du capitalisme.

Sur les routes migratoires, et plus particulièrement en Méditerranée centrale, il arrive que les personnes qui tentent la traversée croisent leur route. Pourtant, il est exceptionnel que ces cargos se déroutent pour leur venir en aide. Quel est alors l’importance et le rôle des navires de commerce dans le contexte de la traversée et du sauvetage en mer ?

À travers différentes voix, on vous raconte les enjeux multiples contenus dans cette rencontre entre transport de marchandises et volonté de passage en Europe, le tout au milieu de la mer Méditerranée, terrible échiquier où l’Europe joue ses pions sans jamais compter ses victimes.

On a voulu revenir sur lois précises qui organisent et veillent à la sécurité des personnes en détresse – lois généralement méprisées par les navires marchands, leurs compagnies et les États concernés.

On a aussi voulu vous raconter des histoires vécues par des membres d’AlarmPhone qui nous donnent de la force et de l’espoir.

Pour en savoir plus : le lien vers le site El Hiblu 3 et la campagne de solidarité avec les trois adolescents arrêtés pour avoir résisté aux refoulements de l’Europe : https://elhiblu3.info/

Et pour la musique de ce podcast… … une chanson grecque composée et chantée par Eleni Vitali : Makria mou na feigis

 

Épisode 6 :

Des histoires qui nous font du bien n°1

Pour cet épisode de rentrée, on avait besoin et envie de se raconter pourquoi on fait partie d’Alarmphone. Des histoires qui nous font du bien et qui nous donnent envie de continuer.

Parce que les frontières se durcissent chaque jour et tuent toujours plus ; Parce que les États continuent d’utiliser la Covid pour empêcher les déplacements ; Parce que dans nos luttes, c’est parfois difficile de trouver du sens et de tenir bon.

On a eu besoin de prendre le temps de se raconter de belles histoires. Des histoires qui nourrissent nos envies et nos combats.

Alors on a profité de nos retrouvailles au meeting Alarmphone de Palerme pour s’enregistrer et raconter des histoires qu’on a vécues dans l’Alarmphone, et qui nous donnent la force de continuer.

On n’a pas pu partager toutes les histoires enregistrées ! Alors on continuera dans des prochains épisodes.

 

Épisode 5 :

El Hiblu 3 ou comment l’Europe criminalise les personnes exilées

FREE EL HIBLU 3, “Je ne sais pas pourquoi il a fait demi-tour. Mais j’ai vu des gens protester et ça a fonctionné.”

Fin mars 2019, 108 personnes ont fui la Libye et ses camps, dans l’espoir de rejoindre l’Europe. Elles ont été secourues par le navire marchand El Hiblu 1. Les autorités maltaises ont alors tenté de renvoyer illégalement ces personnes en Libye.

Mais collectivement, les 108 rescapés ont protesté, et ont réussi à convaincre le capitaine du navire marchand de prendre la route vers Malte.

A leur arrivée, trois des rescapés ont été accusés de piraterie et attendent depuis deux ans un procès.

Dans cette émission, on parle des premières personnes criminalisées par les politiques européennes de frontières : les personnes exilées. Parce que partir est considéré comme un crime dans certains pays ; Parce qu’arriver est considéré comme un crime dans d’autres ; Parce que l’Europe et les Etats frontaliers investissent des sommes faramineuses pour mettre en place des dispositifs répressifs hallucinants contre celles et ceux qui cherchent à traverser les frontières européennes : polices, traques, caméras, barbelés, enfermement, amendes, meurtres.
On a plus que jamais besoin de résistances et de solidarités.

Pour en savoir plus :
- le lien vers le site el hiblu 3 et la campagne de solidarité avec les trois adolescents arrêtés pour avoir résisté aux refoulements de l’Europe -> https://elhiblu3.info/
- le lien vers la campagne #FreeMoria6 pour les 6 personnes accusées d’avoir mis le feu au camp de Moria -> https://freethemoria6.noblogs.org/

 

Épisode 4 :

Depuis le Sahara Occidental

Dans cette émission, on va sortir un peu de la Méditerranée, ou plutôt, on va aller à l’endroit où elle rencontre l’océan Atlantique, sur la route vers les îles espagnoles des Canaries. Une route, particulièrement empruntée et dangereuse, notamment ces deux dernières années.

La route des Canaries est venue élargir la zone de traversée de la Méditerranée occidentale, la zone Western Med comme on l’appelle à AlarmPhone.

En 2020, près de 71% des 42 000 personnes arrivées en Espagne, sont arrivées par les iles Canaries (selon l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés).

Avec la répression féroce et l’augmentation des contrôles côté nord marocain, soutenus et financés par l’Europe, Avec le renforcement de la frontière continentale entre l’Espagne et le Maroc, Avec les accords entre l’Espagne et le Maroc qui permettent aux bateaux espagnols de ramener les gens dans des ports marocains, Avec la militarisation de Salvamento Maritimo, l’organisme espagnol de sauvetage en mer, désormais placé sous la responsabilité du ministère de l’intérieur, de plus en plus de voyageur.euses tentent leur chance depuis le Sahara Occidental, ce territoire au sud du Maroc, qui revendique son autonomie face à la colonisation espagnole puis marocaine.

C’est le cas des voyageur.ses parties de Laayoune le 24 mars 2021, dont on vous parle dans cette chronique.

C’est le cas également de Mamoudou, qui nous raconte dans cette chronique pourquoi il a renoncé à traverser depuis Nador, au nord du Maroc pour emprunter la route des Canaries

Mais la Western Med et la route atlantique donc, ce n’est pas seulement une immense région de traversées, mais un pan entier du réseau AlarmPhone. En effet, au Maroc et au Sahara occidental se trouvent de nombreux et nombreuses camarades qui font un travail essentiel pour le réseau : le lien avec les communautés de départ, la prévention avant le voyage en mer et surtout, la diffusion de notre numéro d’urgence. Abdou nous raconte ce que signifie être activiste contre le frontières pour lui, depuis Laayoune.

Et comme promis, le lien vers le projet de solidarité avec les migrant.e.s de Laayoune. Vous pouvez en savoir plus sur les actions du collectif et soutenir le projet financièrement en cliquant ici.

 

Épisode 3 :

Covid et frontières

La pandémie de Covid-19, qui frappe une partie du monde depuis plus d’un an, a été utilisé par l’Europe pour renforcer les frontières méditerranéennes, laisser mourir et enfermer des gens.

Plus que jamais, la pandémie de Covid 19 pose la question : qui mérite d’être sauvé ? et quels sont les corps qu’on laisse mourir ?
Aujourd’hui, dans Chroniques àMER, on se demande comment la pandémie a transformé la Méditerranée.

Dans les pays de départ, les raisons de partir sont plus fortes : la crise économique touche de nombreux secteurs en Tunisie, au Maroc, en Algérie. Le chaos social et sanitaire est encore plus fort en Libye.

Au nord de la Méditerranée, les États européens utilisent l’argument du coronavirus pour brutaliser leurs frontières. Répression, fermeture des ports européens, non-assistance à des personnes en détresse, criminalisation des bateaux de sauvetage…

Mais l’instrumentalisation politique de la maladie ne s’arrête pas là. Dans cette émission on vous parlera également d’une nouvelle pratique de détention en mer mise en place par l’Italie : les ferrys-quarantaine.

On espère que cette émission nous permettra de mieux comprendre les enjeux des frontières en Méditerranée et de la pandémie de Covid-19.

 

Épisode 2 :

Femmes en mouvement

Aujourd’hui dans Chroniques àMER on parle des femmes en mouvement, des raisons pour lesquelles elles se déplacent, des violences auxquelles elles sont confrontées pendant leurs parcours, de leurs stratégies de résistance.

Les femmes se déplacent. Elles se déplacent depuis longtemps, elles se déplacent massivement.

Elles sont actrices de leurs migrations, contrairement à ce que veulent nous faire croire les imaginaires sexistes. Les femmes exilées, quand elles sont représentées, le sont souvent comme étant à la charge d’un homme (époux, frère, père etc) qu’elles suivraient passivement.

Mais sur leurs parcours, les femmes migrantes doivent souvent faire face à de nombreux obstacles. Des obstacles construits par les politiques européennes sur les parcours de migrations des pays d’Afrique et du Moyen Orient vers la forteresse européennes. Mais aussi des obstacles liés au fait qu’elles se déplacent en tant que femmes. Et comme on peut s’en douter, même si elles sont peu visibles, ces femmes s’entraident, s’organisent, résistent ensemble, créent des espaces de ren­contres, de soutien, de partage et de lutte.

Cette semaine, Chroniques àMER, parle des femmes en mouvement.

Khady, une camarade de l’Alarmphone à Tanger au Maroc, nous raconte comment elle milite contre le régime de frontières.

On a également eu envie de vous parler d’un cas Alarmphone, comme chaque mois. C’est un cas qui se passe en mer Egéen en juin 2020. C’est un cas où les femmes sont au cœur de la traversée. On s’est dit que c’était une bonne occasion pour vous parler de cette région de traversée, entre la Turquie et la Grèce.

Et pour la musique :
- un chant composé par des femmes secourues par le bateau Ocean Viking
- une musique grecque chantée par une femme de Lesbos

 

Épisode 1 :

CommémorAction

Dans ce premier épisode de Chroniques à MER, on parle de la journée de CommémorAction du 09 février 2021, pour ne pas oublier les naufrages en mer Méditerranée.

Il y a un an, le 09 février 2020, AlarmPhone a reçu un appel de 91 personnes en détresse au large de Garabulli, en Libye. Paniquées, car leur bateau pneumatique était en train de se dégonfler. Elles sont néanmoins parvenues à communiquer clairement leurs coordonnées GPS qu’AlarmPhone a immédiatement relayé aux autorités italiennes et maltaises, ainsi qu’aux soit-disant garde-côtes libyens. Aucune des autorités informées n’a lancé d’opération de secours ni mené de recherches pour savoir ce qui s’est passé ce jour-là.

Pour ne pas oublier les naufrages en mer Méditerranée, et mener des actions contre les politiques meurtrières de l’Europe, des journées de CommémorAction sont organisées chaque année par des proches des disparu.e.s.

Dans ce premier épisode, Chroniques à MER revient sur la CommémorAction du 09 février 2021, organisée par une soixantaines de proches de personnes disparuesil y a un an, qui se démènent pour obtenir des réponses : pourquoi les autorités n’ont pas porté secours au bateau en détresse alors qu’elles avaient été alertées ? pourquoi refusent-elles aujourd’hui encore de donner des informations sur ce qui s’est passé ce jour-là ?

Ce premier épisode est aussi l’occasion de présenter le réseau AlarmPhone et de comprendre les responsabilités des états européens en Méditerranée.